AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sir Galahad de Corbenic - Héritier des ruines du passé. -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Galahad de Corbenic
- Prince héritier de Corbenic -

Date d'inscription : 11/07/2016
Messages : 75
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Sir Galahad de Corbenic - Héritier des ruines du passé. -   Sam 16 Juil - 19:20

Sir Galahad de Corbenic

Every flight begins with a fall.
feat. Issac Hempstead-Wright



Nom - //
Prénoms - Galahad
Âge - 13 ans
Lieu de naissance - Palais Aventureux, Terre Désolée, Corbenic
Famille - Fils d'Ellan de Corbenic et d'un chevalier blanc inconnu, neveu de Pellés II, petit-fils du Roi Pellès, dit le Roi Pêcheur ou le Roi Blessé.
Allégeance - A Camelot et à Corbenic.
Fonctions - Prince de Corbenic, Chevalier de Camelot.
Race - Humain
Statut matrimonial - Célibataire
Côté coeur - Personne
Groupe - Chevalerie
Signes particuliers - Le plus jeune chevalier de Camelot
Equipement - Une épée courte à une main, sans nom.
Monture - Purity, une jumeau blanche docile et rapide.


C'est ce à quoi je ressemble En dehors de l'armure officiel des chevaliers de Camelot (une cotte de maille et la cape rouge au dragon d'or), Galahad porte une armure matelassée renforcé de plaques de cuire, plus léger pour un individu de sa taille toujours en croissance. Le plastron est cela dit renforcé de plaques de métal qu'il peut aisément retirer lorsqu'il n'est pas sur le champs de bataille. Son heaume est fait des plaques mobiles pour permettre un mouvement aisé de la tête. les plaques sont disposées de façon à faire penser à des écailles sur la tête d'un dragon, "un casque digne d'un prince" lui disait son oncle.
Ses armes sont un arc avec lequel il se débrouille vraiment bien et une épée courte mais qui sur lui donne presque l'impression d'une épée longue. Celle-ci n'a encore aucun nom car elle n'a participé à aucun exploit à ce jour.

Sir Galahad est un enfant de treize an et a donc le physique qui va avec. Il est encore assez petit, n'ayant pas encore terminé sa croissance. Il a la peau pâle et les joues parcemées de tâches de rousseur assez discrètes. Il a des cheveux bruns foncés qui lui tombent qu'aux épaules mais coupés avec une frange qui lui permet une très bonne vision. Ses grands yeux sont tout aussi brun, peut-être plus foncés et brillent d'un éclat enfantin, innocent qui s'émerveille de tout. A travers ses yeux se reflète assez bien son caractère curieux. Il a le regard vif et aucun détail ne semble lui échapper. Certains chevaliers se sont déjà amusés à le comparer à un lièvre constamment en alerte.
Cela dit, lorsqu'il se concentre Galahad semble gagner en maturité. Il prend un air presque grave, immobile. De la concentration à l'état pur.


Qui je suis vraiment Aux yeux de beaucoup Galahad est l'archétype de l'enfant à qui tout revient de droit sans le moindre mérite. Très jeune page, écuyer et à présent chevalier cette rapide ascension est de toute évidence due à son sang et ça il ne le sait que trop bien. Le jeune prince a, depuis qu'il a quitté Corbenic, été la risée de nombreux nobles s'amusant de voir un si jeune enfant établir des tâches de grand. Sans doute a-t-il décroté plus de chevaux qu'eux, poli plus d'armures et aiguisé plus d'épées sous prétexte que ça les amusait de le voir soulever tout le matériel trop grand pour lui. Face à ça Galahad a toujours su garder son calme. Les moqueries semblaient voler au dessus de lui, comme trop hautes pour l'atteindre. Il sait garder un visage impassible, sait se fondre dans la masse pour ne pas se faire remarquer. Il est docile, obéit aisément à ses supérieurs et ne se plaint jamais, de crainte sans doute qu'on le traite une fois de plus d'incapable. Sa condition, de premier abord facile, l'a forgé et le force à faire plus que les autres pour essayer de montrer sa vraie valeur. Il espère ainsi pouvoir se détacher de son nom et devenir un chevalier à part entière et non juste le petit prince né au bon endroit au bon moment.
Galahad est également le symbole même de la pureté, un jeune garçon qui agit toujours pour ce qui lui semble être le bien, fait preuve de dévotion non envers ses seigneurs mais envers le peuple tout entier. Il vient en aide instrinctivement aux personnes qui en on besoin, indépendamment de leur milieu social et de leur clan. Il n'est pas à la recherche de la gloire mais à la recherche d'expériences qui le feront grandir, qui pourront lui apporter réellement quelque chose. Il ne va pas pour autant réchigner à compléter des missions moins glorieuses, bien au contraire. En raison de son jeune âge et de l'image qu'il apporte des chevaliers ont à tendance à lui confier des quêtes faciles et peu dangereuses mais il les mène comme si elles étaient des plus importantes. Il n'aime pas faire les choses à moitié et s'obstine tant qu'il n'est pas arrivé au résultat désiré. Le regard des autres lui importe peu, ce n'est pas leur admiration qu'il recherche mais la sienne, il cherche à devenir l'homme qu'il voudrait être, peut importe le nombre de chutes par lesquelles il devra passer.
Son éducation lui a apprit à être courtoi. Il l'est avec les femmes mais estime qu'elles ne sont pas les seules à mériter qu'on se montre aimable avec elles. Il met hommes et femmes sur le même piedestal, estimant qu'elles ne valent pas moins ou plus que la vie d'un homme. Tout comme il estime que les créatures, qu'elles soient magiques ou non mérite tout autant du respect. On ne l'a jamais vu tuer un animal par plaisir, encore moins pour prouver quelque chose. S'il chasse ce n'est que dans le but de se nourrir.
Mais Galahad reste avant tout un enfant. Il adore les histoires que lui contaient ses nourrices et encore plus celles que son oncle et que sa mère lui racontaient. C'est un dou rêveur, sans doute un peu trop idéaliste qui espère un jour voir un futur meilleur. Il est persuadé que la bonté se cache partout, comme pour la magie, et espère qu'un jour elle ressortira pour émerveiller le monde comme dans les beaux contes pour enfants.



Derrière l'écran Coucou ! Alors moi c'est Bangerang. J'ai connu le forum car j'ai aidé à sa création. J'ai 24 ans et je fais du rp depuis un petit moment maintenant. Ici je suis codeur du forum, si tu as le moindre soucis n'hésite pas à me contacter.


Codage de © BANGERANG

_________________


Dernière édition par Galahad de Corbenic le Jeu 28 Juil - 21:14, édité 7 fois
avatar
Galahad de Corbenic
- Prince héritier de Corbenic -

Date d'inscription : 11/07/2016
Messages : 75
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sir Galahad de Corbenic - Héritier des ruines du passé. -   Sam 16 Juil - 19:20

Voici mon histoire

Les vieilles histoires sont comme de vieux amis.
Il faut leur rendre visite de temps à autre.



Corbenic avait été autrefois une terre luxuriante au paysage verdoyant et aux rivières d'émeraude. Mais depuis que le roi Pellès rentra gravement blessé aux jambes lors d'une campagne, se retrouvant dès lors incapable de se mouvoir, ses terres perdirent de leur brillance et devinrent à son image, souffrantes. Dès lors Corbenic devint pour tous la Terre Désolée. De nombreux chevaliers n'ont cessé d'accourir à son chevet pour tenter de le soigner mais aucun n'était le bon chevalier, celui capable d'accomplir le miracle de rendre à la Terre Désolée sa beauté d'autrefois.
Au fils des ans le roi devint de plus en plus vieux et tandis qu'il aurait du mourir dès son retour de campagne, il demeura vivant. Bientôt sa légende traversa les monts et les collines, tous parlaient du Roi Pêcheur atteint d'une maladie incurable mais malgré tout incapable de mourir. Son château disait-on recelait de trésors diverses et était protégé par une magie blanche si puissante qu'elle avait put le maintenir en vie. Nombre de nouveaux chevaliers plus ou moins nobles d'âme tentèrent de parvenir jusqu'à lui et, profitant de sa faiblesse, lui dérober ses trésors mais la Terre Désolée était loin d'être amicale. Des champs de ronces empoisonnées, des marais et des sables mouvants plus profonds les uns que les autres et surtout, un désert cuisant se dressaient entre le château et le reste du monde. Plus aucune vie n'était apparue sur les terres depuis presque cent ans hormis dans le centre même du château où le fils et la fille du Roi Pellès attendaient patiemment la fin de ces temps sombres et l'arrivée du Bon chevalier. La fille, Ellan pria pour qu'un preux chevalier l'emmène loin de ces lieux tandis que son frère se sentait la responsabilité de veiller sur son père. Le voeu de la belle fut bientôt exhaussé lorsqu'elle vit Sir Arthur, Gauvain et Merlin arriver, du moins c'est ce qu'elle pensa. Ils défirent les wyverns qui gardaient l'entrée du château et emportèrent le trident convoité par la quête d'Arthur, laissant derrière eux le trône vide du Roi Pellès et la princesse dans la tour opposée. Lorsqu'Ellan parvint à la cour principal du Palais Aventureux ils avaient déjà disparus. Elle fut condamnée à attendre une fois de plus dans ce château. Ce ne fut que plusieurs années plus tard qu'un autre chevalier s'aventura jusque la. Il était tout de blanc vêtu, monté sur un cheval tout aussi blanc. Il parvint sans grand mal à contourner les pièges des terres et frappa à la porte du château. Il y fut fort bien accueillit et, après avoir été séduit pas la belle avec qui il passa une nuit langoureuse, on ne vit plus la moindre trace du chevalier blanc. Le lendemain il n'y avait plus personne dans le lit, plus aucun cheval dans l'écurie et plus la moindre trace de sabot ou de pas sur le sol ensablé de la cour. C'était comme s'il n'avait jamais été la et le frère et la soeur auraient put croire à une hallucination collective si neuf mois plus tard Ellan ne donnait pas naissance à un fils.
Ce jour la fut sans doute le plus beau de sa vie. Le jeune prince naquit en début de journée, lorsque le soleil n'avait pas encore frappé le palais de toute sa chaleur. Ellan elle même ne sentit pas grand chose, du moins pas comme c'est le cas pour la majeur partie des femmes. Son accouchement fut le plus doux qu'il soit. Il ne dura pas longtemps et le prince semblait en bonne santé. Le Roi, Pellès II, béni son neveu et l'enveloppa d'un drap blanc avant de le donner à la mère. Au même instant un faucon se posa sur le rebord de la fenêtre, éblouit pas le soleil d'été. Il poussa un petit cri et en relevant la tête pour l’apercevoir, Ellan décida du nom de son fils. Galahad, faucon d'été en gallois.

Le jeune prince grandit en Corbenic, entouré de sa mère et de son oncle. Chacun s'adonna à parfaire son éducation puis, lorsqu'il atteint l'âge de monter seul à cheval, ils l'envoyèrent dans un royaume voisin en tant que pupille du roi résident. La il commença une éducation plus poussée, plus spécifique. Il apprit à reconnaître les armoiries des différentes maisons, plus ou moins connues et leur histoire. On lui enseigna les textes sacrés, les stratégies militaires et la courtoisie. Suivit par un moine, aucun écart ne lui était permis et le jeune Galahad ne se montra pas particulièrement enclin à se détourner du droit chemin. Lorsqu'il fut en âge de tenir un arc on lui apprit à tirer, à viser avec grande concentration à pied ou à cheval, sur cible fixe ou mobile. Alors que la plupart des autres enfants nobles devenaient page à sept ans, Galahad lui le devint à cinq ans auprès du fils du seigneur qui l'avait pris sous sa garde. Mais le chevalier perdit la vie lors d'une campagne. Galahad fut donc placé sous les commandements de l’aîné Lord et devint à dix ans son écuyer. Malgré les moqueries des autres nobles voyant un enfant aider un chevalier, Galahad ne perdit pas de son zèle et s'activa du mieux qu'il pouvait. En parallèle il continuait d'étudier tout ce qui était étudiable. Les autres enfants ne cherchaient pas à l'inviter à leurs jeux durant les courtes pauses, trouvant le jeune prince trop ridicule dans un rôle d'écuyer et rechignant à jouer avec le Prince d'un Royaume Perdu.

L'année de ses treize ans Galahad apprit la mauvaise nouvelle de la mort de son oncle. Sa mère pris la couronne du Palais Aventureux en tant que Reine Régente. Galahad la refusa, estimant qu'il n'était pas encore prêt pour cette fonction. Camelot, ayant eut vent de la mort du Roi Pellès II envoya une lettre à Galahad tout comme Uther Pendragon l'avait fait lorsque Pellès II était prince. Une invitation à rejoindre la chevalerie de Camelot, une façon de s'assurer la fidélité des chevaliers. Sans doute ignoraient-ils à ce moment l'âge du jeune prince, lui donnant volontiers plus en constatant qu'il était écuyer depuis près de trois ans. Galahad termina son apprentissage d'écuyer et se rendit sans plus tarder dans la Cité de Camelot, prenant le cheval grotesquement démesuré qu'on lui offrit comme cadeau de départ.

Lorsqu'il arriva au porte de Camelot, monté sur un grand cheval blanc, une épée courte mais encore trop longue pour lui, certains habitants et certains gardes ne parvinrent pas à cacher tout du moins un sourire amusé. Ce sourire s'élargit encore plus lorsqu'il présenta sa lettre de convocation. On lui rit littéralement au nez, croyant fermement à une farce. Un garde se permit un "Très drôle petit, où est ton père ?" avant de ravaler sa fierté lorsqu'il sortit ses titres de noblesse. La reine Guenièvre et le prince Arthur II n'eurent d'autre choix que d'accepter le jeune prince parmi les chevaliers de Camelot, au risque de montrer l'incompétence du royaume à sélectionner les bons chevaliers. C'est de cette façon que Sir Galahad devint le plus jeune chevalier de Camelot.


Codage de © BANGERANG

_________________
 
Sir Galahad de Corbenic - Héritier des ruines du passé. -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Keep the magic secret :: And a time of magic Pour bien démarrer :: A la cour d'Arthur :: Fiches validées-
Sauter vers: